Plus de 50 000 papillons ont été envoyés par la poste, le courriel et sur des clés USB en solidarité avec les filles et les femmes au Nicaragua en 2011 pour la journée sur la dépénalisation de l'avortement en Amérique du Sud et dans les Caraĩbes.

 

spacer

Les viols et les sévices sexuels sont monnaie courante au Nicaragua, et la majorité des victimes sont jeunes et de sexe féminin. Plus du deux tiers de tous les viols signalés entre 1998 et 2008 (9 695 cas sur 14 377) ont été commis à l’endroit de filles de moins de 17 ans, et près de la moitié de ces victimes avaient 14 ans ou moins.



AGISSEZ!

• Agissez pour lever les obstacles à la contraception pour les femmes et les filles au Burkina Faso (Nouvelle action)
• Protégeons les droits sexuels et reproductifs maintenant et pour les générations futures (Action terminée)
• Pour le respect des droits sexuels et reproductifs (Action terminée)
• Arrêtons la pratique des mariages d’enfants au Burkina Faso ! (Action terminée)
• Action de solidarité (Action terminée)

Protégeons les droits sexuels et reproductifs maintenant et pour les générations futures

ACTION TERMINÉE
Merci aux 37 080 personnes qui ont signé la pétition!

EXEMPLE LE NICARAGUA

Les violations des droits sexuels et reproductifs sont répandues au Nicaragua. En 2008, le gouvernement a criminalisé toute forme d’avortement, en toutes circonstances, même pour les enfants victimes de viol. Cette interdiction oblige les femmes et les filles à recourir, en désespoir de cause, à l’avortement clandestin ou à l’auto-avortement, ce qui met en danger leur vie et leur santé, en plus de les exposer à des poursuites et à une peine de prison.

Les viols et les sévices sexuels sont monnaie courante au Nicaragua, et la majorité des victimes sont jeunes et de sexe féminin. Plus du deux tiers de tous les viols signalés entre 1998 et 2008 (9 695 cas sur 14 377) ont été commis à l’endroit de filles de moins de 17 ans, et près de la moitié de ces victimes avaient 14 ans ou moins.

Les jeunes victimes de viol ou de sévices sexuels obtiennent peu ou pas de soutien de la part de leur gouvernement pour reconstruire leur vie. La tâche essentielle de leur offrir le soutien psychologique et l’aide nécessaires revient aux organisations non gouvernementales. Cependant, l’extraordinaire travail accompli par ces organisations a ses limites : les refuges sont rares et les centres de femmes ne reçoivent aucune subvention du gouvernement.

Les jeunes filles qui signalent un viol ou des sévices sexuels à la police sont souvent trahies par le système de justice à toutes les étapes, du signalement à l’enquête, en passant par l’audience du tribunal. Les autorités nicaraguayennes ne produisent aucune statistique qui révélerait le nombre de cas signalés ayant mené à la condamnation du coupable. Le manque de données empêche les autorités du pays de déterminer adéquatement les points faibles du processus judiciaire, et en l’absence d’information à cet égard, il est fort peu probable que le problème puisse être traité convenablement.

La violence sexuelle contre les filles survient dans toutes les classes sociales, mais les filles qui vivent dans la pauvreté disposent souvent d’un accès plus limité à la justice et au soutien; en conséquence, elles sont plus susceptibles de rencontrer des obstacles à leur rétablissement et à la reconstruction de leur vie.
La situation au Nicaragua est si grave que cinq comités d’experts des Nations Unies ont enjoint au gouvernement de s’attaquer au problème de la violence contre les femmes et les filles. Néanmoins, à ce jour, le gouvernement n’a toujours pris aucune mesure pour se conformer à ces recommandations.

Cet exemple démontre bien qu’il reste encore beaucoup à faire pour que les droits sexuels et reproductifs des femmes soient reconnus au Nicaragua, notamment l’accès à des services d’avortement sûr et légaux en cas de viol, d’inceste ou de violences sexuelles.

Le cas du Nicaragua n’est qu’un exemple parmi d’autres.

Signez et faites signer autour de vous la pétition internationale.
Téléchargez la pétition papier.
 
Plusieurs organisations dans le monde collaborent avec Amnistie internationale pour la faire connaître. Elle sera déposée au moment opportun par le mouvement lors d’une rencontre internationale et visera à interpeler tous les gouvernements.


Participez. Pour d'autre. Avec d'autre.

© Amnistie internationale Canada francophone 2012